Renault

Renault

RENAULT

------

Selon les modèles et les millésimes, on rencontre différentes technologies de boîtes de vitesses automatiques (BVA) sur les véhicules Renault.

 

Les premières boîtes automatiques Renault

 

A la fin des années 90 et au début des années 2000, Renault a équipé ses premières voitures automatiques avec ses propres boîtes, telles que les boîtes MB1 ou MB3 (à 3 vitesses) puis les AL4 (ou DP0) arrivées sur le marché en 1998. Toutes ces boîtes ont également équipé des véhicules Peugeot (206, les 306, 406 et 807) et Citroën (C3, C3 picasso, C4, C4 Picasso, Xsara et Xsara Picasso, C5).

On retrouve également la boîte 4HP20, de l’équipementier ZF sur les modèles un peu plus puissants mais toujours anciens, antérieurs à 2009 (capacité minimum 7,7 L, capacité maximum 8,3 L).

Renault a ensuite commencé à équiper ses véhicules avec les boîtes du constructeur japonais Aisin, telles que la AW55-50SN et la TF-80SC à 5 ou 6 vitesses.

Citons enfin les boîtes JA5 (quickshift à capacité de 2.8 litres) et JA3, des boîtes robotisées, que l’on retrouve respectivement sur les Modus (entre 2004 et 2012) 1.5 dci et 1.2 essence ou sur les Clio.

 

Zoom sur la boîte AL4

 

La boîte automatique AL4 est constituée d’un convertisseur de couple hydraulique avec un dispositif de blocage ou “lock-up”, d’un arbre primaire et de 2 trains épicycloïdaux de type “Simpson 2”. Elle comporte, outre les embrayages, des freins multidisques et à bande et un différentiel. Pour fonctionner, elle utilise 5,85 L de liquide de lubrification, dont le niveau doit être contrôlé tous les 60 000 km environ. Lors de la vidange, l’huile doit être remplacée à chaud (environ 60 °C).

 

Zoom sur la boîte AJ10

 

La boîte AJ0 est une transmission à trois arbres à commande à câble. Elle est désignée également sous la référence JF613E et fabriquée par l’équipementier automobile japonais JATCO. Elle comporte 3 trains épicycloïdaux et de 5 jeux de freins et embrayages à disques. Elle est particulièrement légère (93 kg à sec) et compacte (385 mm de longueur). La boîte AJ10 elle est implantée dans le compartiment moteur. Elle contient 8 L de liquide lubrifiant et est refroidie par un circuit d’eau intégré au carter.

Elle a été conçu pour offrir des passages de vitesses particulièrement fluides et réduire les frottements mécaniques. Le recours aux freins à disques, plutôt qu’aux bandes favorise en effet la qualité des passages, montants comme descendants, et ce pour tous l’ensemble des rapports.

 

 

 

 

Les boîtes automatiques à double embrayage et à variation continue

 

Sur les véhicules les plus récents, on rencontre des boites EDC (Efficient Dual Clutch), des boîtes de vitesses automatiques à double embrayage à 6 ou 7 rapports (6DCT250 ou 7DCT300). Introduite en 2010, la boîte automatique à double embrayage EDC a été développée conjointement avec le fabricant allemand Getrag, qui en assure la production. On peut rencontrer 4 types de boîtes EDC pour 2 types de véhicules (en fonction de leur puissance). Deux d'entre elles sont équipées d'un embrayage simple à carter sec, pour les petits modèles dont le couple est plutôt limité (inférieur à 300 Nm). Les deux autres disposent d'un embrayage multidisque à bain d'huile, qui peut encaisser plus de couple. On peut retrouver ces derniers sur la nouvelle Mégane IV RS ainsi que sur d’autres modèles plus puissants (avec plus de couple) tel la Talisman, la Renault Espace ou encore la Renault Sport.

En 2010, l'EDC fait son apparition chez Renault pour la première fois sur Mégane III.

En 2013, ces boîtes de vitesses sont disponibles sur Clio, Mégane, Scenic et Captur.

En 2015, la boite EDC est proposée sur la Twingo III, le Kadjar et l'Espace V (7 rapports).

En 2016, la boite EDC est proposée sur la Megane IV, la Talisman et le Duster.

 

L'Alpine A110, équipée d'un dérivé du moteur 1.8 Tce Renault, est également équipée de la boite EDC, mais contrairement à la Megane 4 RS qui partage avec elle sa mécanique, elle dispose de la boite EDC7, alors que la Megane est équipée pour sa part d’une DC6 à embrayage multidisque à bain d'huile, plus résistante au couple (la Megane développe jusqu'à 300 cv et 400 Nm de couple, là où l'A110 n’offre que 252 cv et 320 Nm de couple).

Le Renault Koleos bénéficie pour sa part de la technologie des Nissan Qashqai et Nissan X-Trail. Il est doté de 4 roues motrices et d’une boîte à variation continue X-Tronic.

 

 

La boîte automatique robotisée Quickshift

 

En 2001, Renault a lancé une boîte automatique robotisée Quickshift (JA5) pour sa citadine Twingo mais aussi Modus ou Espace.

Les boîtes automatiques avec convertisseur hydraulique présentent le double inconvénient d'être relativement encombrantes et énergivores. Renault a donc opté sur certains de ses modèles pour des boîte robotisée. Celle-ci reprend la mécanique d'une boîte de vitesse manuelle, sur laquelle on greffe trois vérins hydrauliques connectés aux leviers de sélection de vitesse, de verrouillage et d'embrayage. Ces vérins, alimentés par des électrovannes via une électropompe, permettent d'effectuer l'ensemble des opérations de changement de vitesse (débrayage, sélection d'un rapport et embrayage) à la place du conducteur.

Placé sous les ordres d'un calculateur quasi identique à celui des BVA traditionnelles, ce robot effectue l'ensemble des opérations de changement de vitesse (débrayage, sélection d'un rapport et embrayage), des capteurs de position permettant de déterminer en continu la configuration de la boîte. Le calculateur assure le pilotage de la boîte proprement dite et gère les mouvements des pignons et de l'embrayage, sélectionnant les rapports selon les lois auto-adaptatives en fonction du style de conduite du conducteur pour choisir la meilleure loi de passage des vitesses (régime de passage et temps d'embrayage notamment). Il assure également l'interface avec la gestion moteur pour garantir une bonne compatibilité de fonctionnement entre BVA et moteur.

 

Entretenir votre boîte de vitesses automatiques Renault

 

La vidange fait partie de l’entretien standard de votre boîte automatique Renault. Elle en limite l'usure et la survenue de pannes. Une huile de mauvaise qualité peut en effet notamment endommager les solénoïdes et les pièces mécaniques présentes, entraînant des erreurs électroniques et/ou un glissement de boîte mais parfois provoquer une panne complète. Or, remplacer l'intégralité de la boîte de vitesses faute d’entretien régulier revient environ dix fois plus cher que de réaliser à temps une simple vidange.

 

Après la vidange, il est d'usage d'effectuer un "reset auto adaptative value", c'est-à-dire une réinitialisation du calculateur et des valeurs adaptatives. Nous vérifions avec attention l’absence de fuite d'huile en roulant rapidement avec la voiture pour vérifier la montée en température de l'huile. Il faut en effet que la température de liquide de lubrification ne dépasse pas un certain seuil, au risque de voir sa viscosité trop diminuer et son action lubrifiante devenir insuffisante.

0 commentaires

Poster un commentaire